top of page
Rechercher
  • Véronique Marie Aubry

STAR LATE


Ah M’ame Scarlett, si vous saviez combien vous nous avez légué de vos émulettes !

Des piégeuses pâlichonnes rêveuses de vos frou-froutantes descentes d’escalier.

Ah M’ame Scarlett, elles courent partout pour enfin débusquer leur Ken mâtiné de Rhett !

Des copieuses maigrichonnes qui ne tarderont pas à s’arrondir dès qu’elles l’auront attrapé.


Il sera grand, il sera beau et fort, et riche et généreux, le nigaud qui tombera dans leurs rets.

Il casquera pendant des années pour la super production de rêve dont il n’a jamais rêvé.


Ah M’ame Scarlett, si vous pouviez les voir maquiller leur cœur, déguiser leur corps !

Elles y consacrent tout leur temps. Elles y dépensent toutes leurs crétines conversations.

Ah M’ame Scarlett, c’est pitié de les voir se démener pour dénicher la perle rare de leur décor !

Des adeptes ineptes qui ne tarderont pas à tarir la source des galipettes à répétition.


Il sera sourd, il sera doux et souple, et bon ensemenceur, le Bernardo qui leur mettra la main au panier.

Il obéira pendant des années pour ne pas se voir privé des fruits de sa chimère du passé.


Ah M’ame Scarlett, si vous saviez ce que sont devenus leurs festifs rencards d’avant la débandade !

Elles les traîneront dès la sortie du travail dans les hyper lieux d’orgasmiques orgies de victuailles.

Ah M’ame Scarlett, la table de la cuisine ne verra plus que leurs mains affairées dans la mangeaille !

Des câlineuses niaiseuses qui ne tarderont pas à leur servir la soupe à la grimace à la moindre incartade.


Mais, le cinoche at home chasse les hommes,

Et le vent les emporte dans les bas et filets des bougresses ogresses…


© Véronique Marie Aubry – 14 Décembre 2008

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page